A LA UNESOCIETE

AFFAIRE CNPM : Le plan B des deux camps contre le piège de Soya Golfa

Face à la volonté affichée de l’administration provisoire dirigée par Soya Golfa de les écarter de la prochaine élection du président du Conseil national du Patronat du Mali, les camps Mamadou Sinsy Coulibaly et Diadié dit Amadou Sankaré préparent, à leur tour, leur plan B. Déjà, la mise en place d’un collège transitoire est en cours.

Les campagnes de communication à tous les niveaux, la bataille judiciaire, le dialogue, et même la mise en place d’une administration provisoire n’ont pas servi à mettre un terme à la crise au sein du Patronat du Mali.

L’Administration provisoire outrepasse-t-elle ses prérogatives ?

En effet, après des mois de mésentente, de bataille judiciaire entre les camps Diadié et Sinsy, il a été décidé de mettre en place une administration provisoire chargée d’organiser les élections « équitables et crédibles ». Selon le Collectif des groupements professionnels et conseils patronaux de région membres du Conseil national du Patronat du Mali (Cnpm), « le mandat de l’administration provisoire concerne exclusivement la gestion courante de l’Organisation, l’élaboration et l’adoption d’un règlement électoral et l’organisation de nouvelles élections libres, transparentes, crédibles acceptées de tous, et surtout sans exclusion ». Il indique qu’aucune résolution de l’assemblée du 2 avril n’a mandaté l’administration provisoire à modifier les statuts et règlement intérieur du Cnpm.

Aussi, selon ce collectif, l’administration provisoire devait favoriser l’entente entre les deux camps. Ladite recommandation forte stipule que « les délégués recommandent aux membres de l’administration provisoire du Cnpm de prendre toutes les initiatives nécessaires pour favoriser la réconciliation et le rassemblement du secteur privé autour de l’essentiel, la défense des intérêts des entreprises ».

Au lieu de faire ce qui lui a été demandé par l’assemblée du 2 avril, il est reproché à l’administration provisoire de s’être arrogé le droit d’être un organe indépendant en faisant fi des deux listes qui l’avaient instituée lors de l’assemblée générale extraordinaire du 2 avril 2022 avec un mandat clair. « Au lieu de se consacrer à l’exécution de cette mission qui leur a été confié, les membres de cette administration provisoire ont finalement montré leur vraie face au cours de l’assemblée générale du 13 août 2022. Au lieu de prendre des actes favorisant la cohésion entre les membres de notre organisation, cette administration provisoire a préféré surpasser ses prérogatives en créant les conditions d’une nouvelle crise au Cnpm », a précisé le Collectif au cours d’une conférence de presse tenue à l’Hôtel de l’Amitié il y a quelques semaines. Ce collectif accuse les membres de l’administration Provisoire d’entreprendre des « actions délibérées de manipulation et de tripatouillage des statuts et règlement intérieur du Cnpm en excluant des membres de droit pour se maintenir à la tête du Cnpm en organisant très prochainement un simulacre d’élection dont le résultat est connu d’avance ».

Pire, il est reproché aux membres de l’administration provisoire de s’être donné « le pouvoir de modifier les noms des délégués des deux listes initiales et dans la même logique, ils ont refusé de discuter l’ordre du jour pour y apporter des amendements, en disant : ce n’était pas discutable et cela vient corroborer leurs agissements. Ils se sont mis à faire des décomptes en lieu et place de l’huissier mandaté par le Cnpm et à inventer un quorum qui n’existait pas, comme l’attestent les vidéos dont nous disposons ».

L’administration provisoire du Cnpm, aux yeux de ces mécontents, « s’est décrédibilisée, elle a échoué dans l’accomplissement de sa mission en violant le protocole d’accord transactionnel homologué par la Cour d’appel de Bamako le 13 juin 2022 ».

Un collège transitoire en vue

26 groupements sur les 39 qui composent le Cnpm ont décidé de mettre en place un collège transitoire. « Pour favoriser l’inclusivité, la réconciliation et le rassemblement des membres du Cnpm autour de l’essentiel, la défense des intérêts des entreprises, Nous Collectif des Groupements professionnels et conseils patronaux de région membres du Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) décidons de la mise en place d’un collège transitoire paritaire de 11 membres dont 5 désignés par chaque partie et présidé par un Président neutre choisi de commun accord ou par le tribunal territorialement compétent sur une liste de personnalités du secteur privé dont la probité morale est incontestable », ont-ils déclaré lors d’une conférence de presse. A les en croire, ledit collège paritaire sera chargé d’élaborer un règlement électoral et d’organiser une Assemblée générale élective inclusive, crédible, transparente et consensuelle, dans un délai de 90 jours, sur la base d’une liste électorale reconstituée et conformément aux dispositions de l’article 12 des statuts du Cnpm.

Espoir déçu

Le secteur privé malien est touché à cause de cette crise. La mise en place de l’administration provisoire était beaucoup saluée. Pourquoi donc elle n’est pas arrivée à mettre fin à la crise ? Est-elle au service de quelqu’un ? A qui profite cette crise au sein du Patronat malien ? Il est important que les autorités de la transition s’impliquent pour une gestion définitive de cette crise.

Précautions

Même s’ils étaient farouchement opposés, les deux candidats Madou Coulou et Amadou dit Diadié Sankaré se sentent victimes de l’Administration provisoire. Tous les deux candidats se sentent écartés par Soya Golfa qui est accusé d’avoir un agenda caché. Ils prennent donc déjà leurs précautions. « Pour favoriser l’inclusivité, la réconciliation et le rassemblement des membres du Cnpm autour de l’essentiel, la défense des intérêts des entreprises, Nous Collectif des Groupements professionnels et conseils patronaux de région membres du Conseil national du patronat du Mali (Cnpm) décidons de la mise en place d’un collège transitoire paritaire de 11 membres dont 5 désignés par chaque partie et présidé par un Président neutre choisi de commun accord ou par le tribunal territorialement compétent sur une liste de personnalités du secteur privé dont la probité morale est incontestable ».

Au-delà de cette annonce de la mise en place d’un collège transitoire, ces deux candidats, selon nos indiscrétions, ont leur plan B au cas où ils seront écartés. Chacun, précise notre source, prépare un candidat à son niveau.

Boureima Guindo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/lepaysml/public_html/wp-includes/functions.php on line 5420