Sur les manifestations contre la politique française en Afrique : Les balivernes de l’ambassadeur de France en Côte-d’Ivoire

Après les insultes envers les plus hautes autorités de la transition, l’élite française s’attaque maintenant aux peuples souverains du Mali et du Burkina Faso qui ont récemment manifesté leur émotion sur la place publique. Soit pour dénoncer l’intervention française en Afrique ou soutenir leurs autorités respectives au pouvoir, l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Jean Christophe Belliard a qualifié ces manifestations populaires de « manipulation » avec souvent juste des Sandwich ou de la boisson Coca-cola.

Dans l’émission NCI 360 de Ali Diarassouba sur la Nouvelle Chaine Ivoirienne le dimanche dernier, l’ambassadeur de la France en Côte d’Ivoire, Jean Christophe Belliard a insulté avec ironie, les manifestations populaires qui se sont récemment tenues en Afrique de l’Ouest. Demandé à donner son avis sur la présence française qui est de plus en plus ouvertement remise en cause en Afrique, Jean Christophe Belliard trouve plutôt que c’est de la « manipulation de l’opinion publique » souvent avec des sommes minables de 1000 à 2000 franc. A propos de la manifestation contre un convoi de matériels militaires français en partance pour le Mali en décembre dernier à Kaya au Burkina Faso, Jean Christophe Belliard note « je crois qu’il faut faire la part des choses entre des manipulations…quand on voit le convoi bloqué dans une bourgade au Burkina Faso, on peut se poser la question du pourquoi et du comment », et d’ajouter « vous savez ? Avec 1000 ou 2000 franc CFA, on peut faire beaucoup » a-t-indiqué pour démontrer comment ces manifestations sont ridicules et irresponsables.

Tout en reconnaissant qu’il faut souvent prendre en compte en se posant les questions réelles « sur ce qu’on fait, sur notre présence », le diplomate français ajoute, par ailleurs, qu’il ne faut pas « exagérer les choses », puisque selon lui, « quand on voit des manifestations qui sont organisées, il suffit parfois d’un Sandwich, d’un Coca-cola, et puis vous avez 2000 manifestants » a-t-il ironisé en faisant référence à des récentes manifestations organisées par certains Maliens à Bamako pour soutenir les autorités de la transition et ensuite célébrer le départ de l’armée française au Mali, un sujet qui figurait parmi les thèmes du débat de ce jour, notamment « Bamako – Paris : divorce consommé ».

Par cette affirmation ingénieuse à l’égard de l’expression de la volonté populaire, on peut déduire que le diplomate français en Côte d’Ivoire s’inscrit en droite ligne avec la position affichée des autorités françaises sur la transition en cours au Mali. En effet, il faut comprendre que c’est cette même posture jugée trop irrespectueuse de la part du chef de la diplomatie française, Jean Yves Le Drian, et de la ministre des armées Florence Parly qui avait incité l’expulsion de l’ambassadeur français du Mali le 31 janvier 2022, par les autorités de la transition.

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :