Niger : une tentative de coup d’État déjouée

A deux jours de l’investiture du nouveau président élu, Mohamed Bazoum, des tirs nourris d’armes lourdes et légères ont été entendus, dans la nuit du mardi à mercredi aux abords du palais présidentiel du Niger. C’était aux environs de 3 heures soit vers 2 heures TU.

Alors que tout le monde se réjouit qu’au moins une fois dans l’histoire du Niger, un président sortant remettra le pouvoir à un autre démocratiquement élu, la nuit du mardi à mercredi, aux alentours du palais présidentiel, des tirs lourdes et légères ont été entendus.

Mahamadou Issoufou, président sortant de la République du Niger doit passer le pouvoir à son successeur, non moins fidèle compagnon, Mohamad Bazoum, le vendredi 02 avril 2021. La capitale nigérienne, Niamey a été ainsi agitée la nuit dernière par des tirs d’armes lourdes au tour de la présidence.

Depuis son accession à la souveraineté nationale en 1960, le Niger classé parmi le pays les plus pauvres au monde, est confronté à des coups d’État militaires et des tentatives de putsch. Jalonnés par des coups d’État, le Niger en a eu quatre dans son histoire. Le premier en avril 1974 contre le père de l’indépendance, Diori Hamani, le deuxième en janvier 1996 contre Mahamane Ousmane, le Troisième en 1999 contre Ibrahim Baré Maïnassara et le dernier date de février 2010 contre Mahamadou Tandja.

Cette ancienne colonie de la France aurait connu 7 tentatives de coups d’État dont celle qui date de la nuit du mardi 30 à mercredi 31 mars 2021. Ainsi, au Niger, ce passage de relais entre le président sortant Mahamadou Issoufou et son successeur et homme de confiance, Mohamed Bazoum est le premier entre des dirigeants démocratiquement élus dans le pays.

Selon des informations, des tirs incessants ont duré une quinzaine de minutes dans la zone présidentielle du Niger. Depuis son arrivé au pouvoir, le président sortant nigérien, Mahamadou Issoufou dit avoir déjoué plusieurs tentatives de coups d’État. En 2011, il a annoncé, lors d’un message à la nation, avoir empêché un putsch ensuite en décembre 2015 lors d’une allocution à la télévision nationale, il avait affirmé qu’une tentative de coup d’État avait été déjouée.

Élection de Bazoum contestée

Depuis l’annonce des résultats provisoires le 23 février 2021 par la CENI qui donne une avance au candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum et la confirmation de la Cour constitutionnelle le dimanche 21 mars 2021, l’ex-président et candidat de l’opposition conteste le scrutin et revendique sa victoire.

Par ailleurs, cette tentative de coup d’État a été annoncée  à la veille de la manifestation annoncée par les partisans de l’ancien président et candidat de l’opposition, Mahamane Ousmane qui conteste les résultats de la présidentielle du 21 février dernier.

En outre, plusieurs militaires auraient été arrêtés dans la journée du mercredi 31 mars 2021. Les alentours du palais présidentielle étaient sous contrôle des forces de l’ordre, et les populations vaquaient normalement à leurs occupations dans la journée du mercredi comme si rien ne s’était passé.

Selon les dernières informations, le capitaine GOUROUZA SANI SALEY serait le cerveau de la tentative du coup d’État avorté. Il est chargé de la sécurité de la compagnie aérienne de l’escadrille de Niamey.  Selon les mêmes informations, plusieurs éléments du Capitaine qui aurait commandité cette tentative du coup d’État ont été arrêtés par les forces de l’ordre. Quant à la lui, il est actuellement recherché.

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :