Le colonel Assimi Goïta sur la lutte contre la corruption : « Il faut des hommes et des femmes capables d’arrêter cet animal féroce qui ravage tout sur son chemin »

Le président de la transition, le colonel Assimi Goïta a rencontré, le mardi 14 septembre à Koulouba, les magistrats du pays. Cette rencontre de prise de contact, tenue en présence du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Mamoudou Kassogué, a été mise à profit par le colonel président pour saluer les efforts des magistrats, et rassurer que la lutte contre la corruption et l’impunité se poursuivra avec détermination.

« A travers vos actions, vous commencez à donner de l’espoir au peuple malien. En tant que président de la République, je dirai qu’il y a deux grandes préoccupations que nous devons très rapidement trouver de solution. Il s’agit notamment des questions de sécurité, mais aussi et surtout de la justice », a déclaré le président de la Transition devant les magistrats. La résolution de la présente situation dans laquelle le Mali se trouve passe, pour le chef de l’État, non seulement par la sécurisation des personnes et de leurs biens par l’armée, mais aussi par une bonne justice. « La stabilité du pays repose sur cette question de justice. C’est vrai que l’armée doit, de nos jours, jouer son rôle, mais la justice, elle aussi doit faire son travail. Ces deux secteurs sont malheureusement liés », a-t-il indiqué. Puis d’énoncer : «  On a beau maintenir la sécurité, mais tant qu’il y aura l’impunité, nous allons toujours vivre les mêmes situations, le banditisme et le terrorisme ».S’exprimant davantage, le locataire de Koulouba a confié ceci aux magistrats maliens : « Il ne peut jamais avoir un État fort sans une justice forte. Une justice forte repose toujours sur la qualité des hommes et des femmes qui la composent ».

De mauvaises « graines » aussi bien dans le corps de la magistrature que dans les autres services du pays.

Lors de cette rencontre, le président de la transition n’a pas hésité de faire aussi comprendre à ses invités que le corps comprend des mauvaises personnes. Lesquelles personnes qui, au lieu de rendre la justice au nom du peuple, le font pour leur intérêt personnel. « Malheureusement aujourd’hui, et c’est pratiquement dans tous les secteurs, nous avons des éléments infiltrés et corrompus prêts à vendre leur Etat au profit de leur intérêt personnel », a-t-il déploré pour dire que le corps de la magistrature contient aussi de mauvais magistrats. Vu le chemin à parcourir pour l’instauration du ‘’Mali nouveau’’, Assimi Goita avoue avoir besoin des magistrats dévoués pour la cause du pays. « Nous avons besoin des magistrats déterminés, engagés et prêts à prendre des risques pour sauvegarder l’intérêt de la nation », a-t-il évoqué. A ses dires, la lutte contre l’impunité est une volonté du peuple. Laquelle doit être respectée par le gouvernement de la transition. « La lutte contre l’impunité est une volonté du peuple face à laquelle, ajoute-t-il, nous n’avons pas le choix, nous ne pouvons qu’exécuter cette volonté ».A en croire le Chef de l’Etat, beaucoup de contrats ont été signés au détriment de l’Etat, alors qu’à un kilomètre de Bamako, capitale du Mali, « les gens n’ont même pas à boire ». Qu’avons-nous fait de tout cet argent qui a été mis à la disposition de l’Etat ? S’interroge le colonel qui déclare : « Les populations ne  nous demandent pas d’emploi ni de l’argent, mais juste un minimum qu’on est incapable de faire aujourd’hui ».Raison pour laquelle, poursuit-il, « cette lutte contre la corruption et l’impunité  qui a été déclenchée sera une lutte sans état d’âme ».En la matière, il a rassuré le soutien du gouvernement et du peuple aux magistrats. D’après lui, « nul ne peut prospérer dans le désordre, il est temps de mettre de l’ordre dans notre pays ».Parlant des difficultés auxquelles les magistrats sont confrontées, des solutions seront, promet le militaire au pouvoir, apportées dans la mesure du possible par le gouvernement. En clair, il annonce que des dispositions seront prises pour assurer la sécurité des magistrats dans leur fonction. Par la même occasion, il a demandé l’accompagnement et le soutien de ses interlocuteurs pour la réussite de la transition. « Quand vous regardez tout ce qui est corruption aujourd’hui, vous verrez que tout est passé et planifié  par l’homme. Il faut des hommes et des femmes capables d’arrêter cet animal féroce qui ravage tout sur son chemin. Continuez à apporter de l’espoir, parce qu’aujourd’hui, vous avez la chance et l’opportunité de donner l’espoir au peuple malien », a-t-il conclu.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :