Konébougou, en commune II de Bamako : L’association Mussow Ben Ton célèbre le 8 mars

Avec à leur tête la présidente Korotoumou Koné, les militantes de l’association Mussow Ben Ton de Konébougou (un des quartiers de la commune II de Bamako) ont célébré, le vendredi 18 mars dernier, la Journée internationale de la femme (8 mars).Tenue sous la présence de Mme Dembélé Ouleymatou Sow, présidente de la CAFO, la cérémonie a servi de moment pour décerner des certificats de reconnaissance et des trophées aux chefs de quartiers et différentes personnalités.

Des drapeaux maliens affichés partout, de même que des banderoles. Ces femmes habillées en uniforme ne cessaient de manifester leur gaieté par des danses et acclamations. La cérémonie a enregistré la présence d’Abba Niaré, maire de la commune II, en présence de certains chefs de quartiers et plusieurs personnalités. Pour la circonstance, Mme Korotoumou Koné s’est penchée sur le rôle et la place des femmes au sein de la société malienne. La présidente de l’association estime que la refondation, tant souhaitée au Mali, serait impossible sans l’adhésion des femmes. Dans son intervention, Korotoumou a souligné que le premier éducateur d’un enfant reste sa mère. « L’avenir du pays repose sur la jeunesse. Avant l’âge de la jeunesse, on passe forcément par celui de l’enfance. Tout le monde déplore la mauvaise éducation de nos enfants. Les femmes doivent jouer leurs rôles d’antan, pour qu’il y ait de changement », explique la présidente. Pour célébrer le 8 mars, elle suggère à ce que les femmes du Mali s’intéressent à des thématiques liées à l’éducation des enfants. Il n’y a pas de pays, ni de reproduction et de développement sans les femmes, d’après l’intervenante. « Que les femmes serrent leurs ceintures, on ne peut parler du pays sans elles. Aussi, ajoute Korotoumou, il faudra que les hommes acceptent de remettre les femmes dans leurs droits ce, tant dans l’accès à des fonctions nominatives que dans celui des fonctions électives ».Sans ambages, la porte-voix de l’association Mussow Ben Ton de Konébougou se dit persuadée que les femmes du Mali ont des belles idées. Mais elles manquent de soutien, a-t-elle déploré. Puis de poursuivre : « Par fête de 8 mars, nous avons également songé aux chefs de quartiers de la commune II. Ces derniers jouent un grand rôle dans la société, mais leurs efforts sont souvent méconnus par la population. Nous avons alors décidé de leurs décerner des trophées et attestations de reconnaissance ».Cela, dit-elle, pour les encourager à continuer d’œuvrer pour la paix, la communion et l’entente entre citoyens lambda du pays. Au total, 16 attestations ont pu être partagées entre certains parmi les treize(13) chefs de quartiers de la commune II, des femmes(4) leaders de la commune et des médecins réputés. À cette occasion, un(1) trophée a été remis à la marraine, Mme Dembélé Ouleymatou Sow ; un(1) pour Abba Niaré, maire de la commune ; un(1) pour Bamoussa, le parrain de l’évènement. Pour sa part, la présidente de la CAFO se dit à la fois fière et enthousiasmée pour l’initiative. « Le 8 mars s’étend sur tout le mois de mars. Je constate que les femmes avancent avec la transition. Cette association est non seulement en train de célébrer les droits des femmes, mais aussi de la refondation du Mali », renchérit la marraine. À ses dires, la femme a un rôle central à jouer dans cette refondation. Elle est le pilier des familles et des maisons. La femme est dépositaire des traditions, relaye Mme Dembélé. Les femmes commencent à s’approprier du processus, la refondation est donc certaine, selon elle. À entendre le maire Abba Niaré, ces organisatrices sont à féliciter et remercier pour l’initiative qui honore toute la commune II. Au nom des chefs de quartiers, le coordinateur Mamadou Bouya Simpara précise que le 8 mars est une affaire de tous. Evoquant l’importance des femmes au sein de la société, il a invité ces dernières à la mobilisation, à l’union, au travail et au soutien des autorités de la transition.

Mamadou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :