Guinée équatoriale : Le camp de Bata victime des quatre explosions accidentelles

Le camp militaire de Bata, en Guinée équatoriale et les quartiers environnants ont été victimes, le dimanche 07 mars 2021, de quatre explosions accidentelles, causant la mort de plus d’une centaine des personnes et plus de 600 blessés.

Dans l’après-midi du dimanche 7 mars 2021, le camp militaire de Bata, la capitale économique du pays a été envahie par quatre explosions provoquées, selon le Chef de l’État équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo par, « un accident dû à la négligence de l’unité chargée de veiller les explosifs » dans ledit camp.

Le bilan est catastrophique, des dizaines de personnes ont perdues la vie, et plus de 600 blessés dans ces quatre explosions accidentelles de dépôts d’armes et des minutions du camp militaire de la capitale économique de ce petit pays centrafricain de plus d’un million d’habitants, dirigé depuis près de 42 par Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.

En plus du camp militaire de Bata, plusieurs quartiers d’habitations ont été aussi rasé par ces explosions dont le président Mbasogo accuse dans un communiqué des fermiers d’avoir laissé se propager un feu d’écobuage mal maîtrisé ainsi que les militaires en charge de surveiller cet arsenal de guerre de « négligence ».

Le chef de l’État a, par ailleurs, lancé un appel à l’aide internationale pour soutenir la Guinée équatoriale dans ces moments difficiles qui viennent de s’ajouter aux crises économiques et sanitaires. En outre, la Guinée équatoriale est comptée parmi les pays les plus fermés de la planète et le régime de son président est régulièrement accusé par ses opposants et la communauté internationale d’atteintes aux droits humains.

Il est à noter que Bata, victime de ces explosions « accidentelles », est la plus grande ville de la Guinée équatoriale, un pays riche en pétrole et en gaz. Cette ville est composée de quelques 800 000 habitants sur le 1,4 millions que compte ce riche pays de l’Afrique centrale dont la population à majorité dans la pauvreté.

A noter que selon le dernier bilan établi par le ministère de la Santé, le nombre de victimes est revu à la hausse et passe désormais à 105 morts, 615 blessés et 133 personnes toujours à l’hôpital.

Ibrahim Djitteye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :