Application de l’accord d’Alger, lutte contre le terrorisme : Macron trouve les autorités de la transition meilleures qu’IBK

Le président français, Emmanuel Macron, lors du sommet de Ndjamena tenu le 15 au 16 février, a souligné l’engagement des autorités de la transition malienne en matière de la lutte contre le terrorisme : « En quelques mois, ces autorités de la transition ont donné plus de gages que les autorités précédentes en trois ans » a indiqué le président français.

Selon le président français, le sommet de Ndjamena est un moment d’amplification de la dynamique de Pau. Emmanuel Macron s’est particulièrement réjoui de l’avancée obtenue grâce à l’engagement des autorités de la transition pour une sortie de crise au Mali, indispensable dans la lutte contre le terrorisme au sahel.

Il estime que la mise en place des autorités de transition ouvre très clairement une nouvelle fenêtre d’opportunité : « en quelques mois, ces autorités de la transition ont donné plus de gages que les autorités précédentes en trois ans » a-t-il indiqué.

Après être interrompu par le coup d’État d’aout 2020, un évènement accompagné par beaucoup d’autres actions, la mise en œuvre de cette feuille de route de Pau, en matière de lutte contre le terrorisme est, selon lui, sur de bonne voie. Des recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise à la feuille de route de Pau, « tous les engagements ont été respectés par les autorités de transition », a-t-il indiqué

Pour lui, Les autorités de la transition maliennes sont désormais réalignées sur trois axes fondamentaux.

Particulièrement sur la question de l’Accord d’Alger, il a indiqué que la relance de sa mise en œuvre était significative avec la tenue symbolique du comité de suivi à Kidal le 11 février.

Selon lui, ce réengagement des autorités politiques dans la région de Kidal, combien de fois sensible, est extrêmement forte.

Par ailleurs, il trouve que le réalignement avec les nouvelles autorités de transition malienne combiné à une situation poste électorale au Burkina Faso, au Niger ouvre une fenêtre d’opportunité pour effectuer des percées militaires, civiles et politiques.

C’est pourquoi, selon lui, le sommet de Ndjamena, est une opportunité d’amplification de la dynamique militaire : « nous avons pu acter dans les semaines de préparation du sommet de Ndjamena puis dans le huis clos d’hier après-midi à aujourd’hui, une consolidation de la stratégie militaire que je viens d’évoquer et que nous avons défini, il y’a un an », a-t-il indiqué

Donc, c’est une occasion de consolider les acquis obtenus dans la région des trois frontières. « C’est le sens du déploiement du bataillon tchadien qui a quitté le Tchad la semaine dernière et qui sera positionné dans les prochains jours dans la région pour permettre de consolider les actions ».

Issa Djiguiba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :