3ème édition du festival « Gwa Sigui » au Mandé : Le rôle de la femme dans le développement au cœur des échanges

« Contribution des femmes dans la vie économique d’une commune », voilà le thème de la 3ème édition du festival « Gwa Sigui », qui s’est tenu du 04 au 06 février 2022, dans la commune du Mandé. Une initiative de l’Association des Jeunes pour la Sauvegarde de la Musique Mandingue (AJSMM).

Cet événement de trois (03) jours a regroupé des jeunes et femmes, ainsi que les chefs de quartiers, les notables et autorités municipales pour le développement de la commune du Mandé.

Dans son intervention, le promoteur du festival « Gwa Sigui », Sékou Bah s’est exprimé sur le terme. Pour lui, le terme « Gwa Sigui » « est un terme authentique très important pour la survie des coutumes et la cohésion sociale dans la famille ». Il affirme également qu’ils veulent que « le Mandé se troue autour de ce plat commun afin d’amener les populations aux valeurs ancestrales de la société ».

Quant au représentant du ministre de la Culture, ce programme « Gwa Sigui » prend en compte les préoccupations de toutes les couches sociales du pays. « A travers une telle initiative, l’initiateur du festival contribue à relever le défi de conserver et dynamiser les valeurs sociétales indispensables pour l’épanouissement de toute société humaine » affirme-il.

Président de l’Association des jeunes pour la sauvegarde de la musique mandingue, « cette initiative, en plus de donner une visibilité à la commune du Mandé, propose des pistes de développement d’où le choix du thème » et « cela pour interpeller les femmes à faire valoir leur devoir dans le développement de la commune » ajoute-t-il. Suivant les propos du Président de AJSMM, ce festival est « le fruit du brassage » entre les jeunes et les femmes du Mandé, auxquels il a adressé ses remerciements.

Cette rencontre a été également marqué par une conférence-débat des femmes sur le thème « la contribution des femmes dans la vie économique d’une commune ».

Au cours des échanges, la présidente de l’Association pour la Sensibilisation de la Femme à son Autonomisation (ASFA), Mme Korotimi Dembélé démontre à ses compatriotes du Mandé leur rôle plus qu’« indispensable » dans le développement de la commune. Pour cela elle « invite les femmes de Kanadjiguila à se formaliser afin de bénéficier de l’aide des partenaires ».

D’autres femmes ont aussi partagé leur expérience pour inciter les autres à entreprendre. Alamouta Dagnoko, directeur national de l’Action Culturelle, représentant du ministère de l’Artisanat, de la culture de l’Industrie Hôtelière et du Tourisme, a signalé que « ce festival se tient à un tournant décisif de l’histoire du pays ». D’après lui, « cette initiative illustre l’apport de la culture dans la reconstruction de la nation malienne, mais également dans le processus de développement et d’épanouissement de la société ». « Il n’y a pas développement sans culture et pas de culture sans développement », dit-t-il.

Kadidiatou Diarra, stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :